L’impact des e-cigarettes sur votre santé par rapport aux cigarettes traditionnelles

L’impact des e-cigarettes sur votre santé par rapport aux cigarettes traditionnelles

Cet article traite de certains des risques possibles pour la santé liés à l’utilisation des e-cigarettes, de leur comparaison avec ceux associés aux cigarettes traditionnelles et des mesures à prendre pour rendre leur utilisation encore plus sûre.

Cigarette électronique : mode de fonctionnement

Dans les cigarettes électronique, un liquide aromatisé est chauffé pour produire des vapeurs que l’utilisateur inhalera. Une batterie est utilisée pour alimenter ce dispositif, qui comprend un élément chauffant électrique et une cartouche ou un réservoir pour le liquide à vaporiser. Le liquide utilisé dans les e-cigarettes est un mélange de propylène glycol et/ou de glycérine, de nicotine et d’arômes. La variété des arômes est vaste et les combinaison tendent vers l’infini. Pour plus de détails. Car ça n’est pas le sujet principal de cet article, visitez cigarette-electronique.info.

La dépendance à la nicotine

La nicotine est une substance chimique qui crée une dépendance physique, présente à la fois dans les cigarettes et les e-liquides. Elle déclenche des modifications dans les vaisseaux sanguins et augmente le risque d’accident vasculaire cérébral ou le risque de crise cardiaque. La nicotine peut également provoquer des anomalies du rythme cardiaque chez l’homme.

Les effets à long terme de la cigarette électronique ne sont pas largement étudiés, mais des expériences tendent à prouver que les e-cigarettes peuvent entraîner des maladies cardiovasculaires et un cancer du poumon. Il faut toutefois attendre des études plus longues qui confirmeront ou pas ces expériences récentes. La fonction pulmonaire est réduite à chaque cigarette fumée, qu’elle soit ordinaire ou électronique. En outre, des preuves suggèrent que la vapeur produite par les e-cigarettes peut contenir des métaux toxiques tels que le nickel et le chrome, qui sont cancérigènes lorsqu’ils sont inhalés.

Les substances cancérigènes présentes dans les e-liquides

Les principales substances chimiques cancérigènes contenues dans les cigarettes sont l’acétaldéhyde et le formaldéhyde. Ils se forment également lors de la combustion des liquides, et peuvent irriter votre peau et votre système respiratoire, sans compter qu’ils sont cancérigènes.

Étant donné qu’il faut plus d’énergie pour vaporiser un liquide que pour brûler des feuilles de tabac normales à basse température, ces produits chimiques agressifs seront libérés plus rapidement. Ils créent des doses plus importantes pendant les séances de chauffage intense, qui sont les moments où les utilisateurs sont le plus susceptibles d’utiliser leurs appareils.

Le propylène glycol pourrait causer une irritation des yeux et du système respiratoire

La base du e-liquide est constituée de propylène glycol. Une exposition prolongée à la vapeur peut provoquer une irritation des voies respiratoires et des yeux, ainsi qu’une inflammation, une altération de la fonction pulmonaire et éventuellement des crachats de sang. En général, le propylène glycol est une substance dont la toxicité est relativement faible. Il est utilisé comme solvant dans les dentifrices et les cosmétiques. Cependant, il a été associé à certains problèmes de santé chez certaines personnes, comme des problèmes respiratoires et des dermatites de contact.

Les allergies inflammatoires et réactions liées au contact avec les e-liquides

De nombreuses personnes connaissent l’inflammation et les allergies de contact provoquées par les e-liquides. Ces effets sont souvent le résultat de l’utilisation de produits chimiques liquides et non de produits chimiques vaporisés. Ces substances peuvent être toxiques, mais les arômes tels que le diacétyle ou d’autres parfums dans les aliments, comme la cannelle et l’alcool benzylique, peuvent également créer des problèmes.

Les maladies du système respiratoire dues à l’utilisation de la vapeur

De fines particules sont absorbées par les poumons lorsque la vapeur des e-cigarettes y pénètre. Ces particules se sont avérées très similaires en taille et en composition à des particules de 10 micromètres. Elles pourraient même entraîner un cancer du poumon et d’autres maladies respiratoires, des études étant actuellement en cours à ce sujet.

Les scientifiques ont découvert que la maladie pulmonaire obstructive chronique est plus susceptible de se développer. En fait, les études actuelles montrent une corrélation entre l’inflammation déclenchée par le vapotage et un risque accru de développer cette maladie au fil du temps.

Le risque lié au cancer semblerait beaucoup plus faible

Selon une étude, les personnes qui vapotent entièrement sans fumer de cigarettes ont beaucoup moins de risques de développer un cancer que les fumeurs de tabac. Toutefois, ce n’est pas une excuse pour vapoter, car le processus de chauffage des matériaux sur les cigarettes électroniques peut entraîner la production de substances chimiques cancérigènes.

Une quantité bien plus faible de substances dangereuses

On trouve plus de 70 substances chimiques dangereuses dans la fumée du tabac. Des tests en laboratoire ont montré que les e-cigarettes contiennent un nombre beaucoup plus faible de substances chimiques. Par exemple, le liquide ne se compose que de 5 substances – propylène glycol/glycérine, eau, arômes, nicotine et matériel. Cependant, on ne sait pas exactement quelle substance chimique représente la plus grande menace pour la santé humaine dans les e-cigarettes car ce produit est trop récent pour en tirer des conclusion sur son impact à long terme. Une substance potentiellement dangereuse pourrait être le formaldéhyde, qui peut être produit lorsque le propylène glycol est chauffé. Toutefois, cela n’a pas encore été prouvé à 100 % par des études.

Si les e-cigarettes peuvent présenter certains dangers, les gros fumeurs peuvent les trouver moins dangereuses que les cigarettes classiques et elles le sont clairement si vous remplacer vos cigarettes et arrêtez de fumer pour vapoter à 100 %.

Pour les personnes qui réduisent progressivement le taux de nicotine de leurs liquides et même celles qui vapotent à des quantités plus faibles ou sans ajouts supplémentaires tels que des agents aromatisants, il est possible d’éviter de progressivement vous délivrer de cette dépendance.